Dans le cadre de l'événement annuel de ce mois de juin, BRUNEAF - Brussels Non European Art Fair a mis à l'honneur les arts d'Afrique et d'Océanie lors de sa XXIIe édition. De nombreuses galeries (60) situées autour de la Place du Grand Sablon ont ouvert leurs portes du 6 au 10 juin pour présenter au public une variété d'objets, remarquables pour certains.

 

En outre, l'exposition thématique sur les appuie-nuque offrait un beau panel de pièces élégantes. Idée de Marc Félix soumise à Pierre Loos d'organiser une exposition ayant pour thème les appuie-nuque, cette exhibition se compose donc d'objets provenant de galeristes mais également de collectionneurs et du Musée royal de l'Afrique centrale qui ont accepté de prêter une vingtaine de pièces.

expoappuienuque2012bruneaf.jpg

Ces jours dédiés aux arts d'Afrique et d'Océanie ont également conïncidé avec la troisième vente de Native Auctions, rue aux Laines. Nicolas Paszukiewicz et Sébastien Hauwaert, fondateurs de Native - première salle de ventes dédiée aux arts d'Afrique et d'Océanie, proposaient un ensemble de 107 lots, dont une partie issue de la collection de Émile Lejeune, employé de la Forminière fin XIXe-début XXe siècle. Il participa à la construction de la ligne de chemin de fer des Monts de Cristal (Gabon) jusqu'à la province du Kasaï (RD Congo) en passant par le territoire des Pende. Entre 1890 et 1906, Lejeune a collecté de nombreux objets - pendentifs, coupes, sifflets - au cours de son séjour, et surtout d'apparence rafinée, ayant une valeur symbolique, plutôt que des masques et des statues habituellement collectés alors. Cet ensemble est resté collection familiale jusqu'à aujourd'hui.

De nombreuses personnes sont venues prendre part à cet événement. La salle était remplie du début à la fin et les enchères se sont déroulées avec grand intérêt. Plusieurs pièces remarquables ont ponctué la vente. Telle cette pièce majeure, le sifflet pende (lot n° 50 en couverture du catalogue), estimée à 6000-8000€, a atteint la somme de 38.000€. D'autres objets provenant de la collection Émile Lejeune ont largement dépasser leur estimation ; comme un pendentif pende (lot n° 47) estimé à 300-500€, adjugé pour 3.800€. 

Les pièces africaines étaient quelque peu plus repprésentatives d'ethnies d'Afrique centrale, avec de nombreux objets pende, bien sûr. D'autres ethnies ne sont pas en reste, telles que les Kuba, Songye et Tshokwe, par exemple. L'Afrique était bien représentée aussi, avec une majorité d'objets yoruba.

siffletpende-native9juin2012.jpg

Beau florilège d'objets et de surprises durant ces cinq jours dédiés aux arts d'Afrique et d'Océanie.

 

Retour à l'accueil